L'actualité du SNBH

Les articles d'actualité de cette page d'accueil sont commentables par les adhérents, dans l'espace "Forum de discussion".


 

L’Edito du SNBH

16/04/2021 - Actualités

 

Arrêté du 10 avril 2021

Cet arrêté autorise la vente dans les pharmacies d’officine des autotests de détection antigénique du virus SARS-CoV-2 pour laquelle nous avions alerté au vu de la piètre sensibilité de ces tests chez les asymptomatiques.

Dans le même texte est inséré l’article 28-3 : « La date limite de dépôt d’une demande d’accréditation portant sur les lignes de portée d’un laboratoire de biologie médicale, fixée au 1er mai 2021 par le b du 1o du I de l’article 23 de la loi no 2020-734 du 17 juin 2020 relative à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, à d’autres mesures urgentes ainsi qu’au retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, est reportée au 1er novembre 2021. ».

 

Communiqué des syndicats de Biologie Médicale suite à cet arrêté

Ce report de 6 mois a été appelé de nos vœux (et pour une fois nous avons été entendus) mais nous demandons une fois encore une suspension des audits d’accréditation pour ceux qui le souhaiteraient  et nous alertons sur le danger d’une extension non contrôlée de la biologie délocalisée pour laquelle des textes sont en préparation et qui excluent de facto les biologistes médicaux.

 

VisioSNBH du 4 mai 2021 : rencontre des Biologistes Hospitaliers avec le COFRAC

Vous avez tous reçu le programme, le lien pour l’inscription et le lien pour poser vos questions avant le 19 avril à 13h. Retrouvez ces informations en suivant le lien : http://www.snbh.asso.fr/wp-content/uploads/Programme-VisioSNBH-4-mai-2021-.pdf

Certains d’entre vous rencontrent des difficultés pour s’inscrire (blocage au niveau de l’hôpital ?) : dans ce cas essayez avec votre adresse mail personnelle. D’autres nous signalent ne pas avoir accès à Zoom depuis leur hôpital, rejoignez-nous le 4 mai  avec votre smartphone.

 

Tension en consommables

N’hésitez pas à nous faire remonter vos problèmes. Le SNBH est représenté chaque mercredi dans une réunion organisée par le ministère. Certains ont signalé des tensions sur les réactifs et consommables (seringues) concernant les gaz du sang, tensions aussi sur les falcons, tubes citratés BD.

 

Retour réunions point tests du jeudi avec le ministère

Les réunions du 8 et du 15 avril ont été annulées par le ministère. Une réunion sur le séquençage est prévue la semaine prochaine ainsi qu’un point spécifique sur l’accréditation.

 

JFBM 2021 du 6 au 8 octobre 2021 à Rennes

Le préprogramme sera très bientôt sur notre site. Save the date !

 

Avis de vacances de postes de praticiens hospitaliers

Les avis de vacances de postes de praticiens hospitaliers du tour de printemps 2021 sont publiés sur le site internet du CNG, à l'adresse : https://www.cng.sante.fr/praticiens-hospitaliers/tour-de-recrutement. Les dossiers de candidature sont recevables jusqu’au jeudi 29 avril 2021 inclus.

 

Adhérez ou renouvelez votre adhésion au SNBH ! Merci pour votre soutien !

http://www.snbh.asso.fr/adhesion/

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Accréditation et biologie médicale délocalisée : il ne faut pas louper le virage !

15/04/2021 - Communiqué

 

Nous avons pris connaissance de l’arrêté du 11 avril qui reporte de 6 mois la date de dépôt des dossiers d’accréditation et qui fait suite à l’arrêté du 8 mars 2021 définissant les critères d’accréditation des examens de biologie médicale par ligne de portée.

Nous regrettons que cet arrêté du 11 avril sorte deux semaines avant la date de dépôt initialement prévue qui était le 30 avril 2021.
 
En effet, cette mesure qui permet un soulagement pour les LBM arrive déjà trop tard pour la grande majorité des biologistes médicaux qui n’ont pas attendu deux semaines avant cet arrêté prévu depuis plusieurs mois. Bien au contraire, ils ont continué à constituer leurs dossiers d’accréditation et à rédiger des procédures tout en s’adaptant aux caprices du virus et de ses variants, en mettant en place de nouvelles techniques et en acceptant les contraintes informatiques de traçabilité (Si-DEP). Ils ont de plus subi récemment une dévalorisation des actes sans discussion préalable, ce qui a fini de les décourager, se sentant mis de côté par leur ministère de tutelle.
 
De plus, nous souhaitions une suspension des audits pour tous les laboratoires qui le souhaitent avec une année blanche liée à la crise sanitaire. Or sur le terrain les audits se poursuivent, parfois à marche forcée et avec des exigences et formulaires supplémentaires demandés par le Cofrac. Ce point a été signalé au Ministre des Solidarités et de la Santé lors du Comité de Suivi du Ségur le 12 avril et des retours des difficultés rencontrées par les biologistes médicaux de terrain ont été transmis à la DGS le 8 avril. Certains LBM ont même demandé une suspension de leur accréditation car ils n'en pouvaient plus. Nous espérons aboutir avec le ministère de la Santé à des solutions plus raisonnables, dans l’intérêt des soignants et des soignés.
 
Enfin nous sommes inquiets par les projets d’arrêtés relatifs à la biologie délocalisée dont les règles risquent de déstructurer la biologie médicale de proximité pour devenir une biologie plus chère et de moindre qualité. Il est indispensable de mieux cadrer les dispositions régissant ces outils afin que la biologie délocalisée ne devienne pas synonyme de biologie sauvage, avec un coût humain et financier asphyxiants pour notre système de Santé et délétères pour nos concitoyens.
 
Restant engagés et volontaires dans cette crise et au-delà, nous souhaitons obtenir des éléments de réponses du Ministre des Solidarités et de la Santé sur ces deux thèmes.
 
Contacts :
Dr. Lionel BARRAND – Président des Biologistes Médicaux – 06 67 20 81 88
Dr. François BLANCHECOTTE – Président du SDB – 06 08 89 61 02
Dr. Claude COHEN – Président du SNMB – 06 09 68 51 76
Pr. Jean-Paul FEUGEAS – Président du SNMB-CHU – 06 85 99 39 18
Pr. Jean-Gérard GOBERT – Président de la FNSPBHU – 06 82 23 35 66
Dr. Carole POUPON – Présidente du SNBH – 06 76 36 56 67

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

VisioSNBH 2021

14/04/2021 - Le COFRAC et les Biologistes Hospitaliers

 

Merci de faire parvenir vos questions avant le 15 avril à l’attention du bureau du SNBH via le lien :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdusV3-CySfPvjRoN5RoEx2Mvbi7IVFpFFc5BP61ioGYxF18g/viewform

 

Renseignements et Inscription gratuite jusqu’au 1er Mai 2021 sur le lien zoom :

https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_SYb67u1oQA61FQSffr5CPQ

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

L’Edito du SNBH

02/04/2021 - Actualités

Baisse de la NABM et autres textes sortis au JO du 1er avril (non ce n’est pas un poisson !)

· Décision du 5 mars 2021 de l’Union nationale des caisses d’assurance maladie relative à la liste des actes et prestations pris en charge par l’assurance maladie
https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf?id=ldfuwxkMUjizT4kHO04ncZwGLTjs1Ih9ciajpqP92j8=

· Décret n° 2021-365 du 29 mars 2021 portant création du statut des praticiens associés
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043311381

· Arrêté du 29 mars 2021 modifiant l'arrêté du 15 juin 2016 relatif aux émoluments, rémunérations ou indemnités des personnels médicaux, pharmaceutiques et odontologiques exerçant leurs fonctions à temps plein ou à temps partiel dans les établissements publics de santé
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043311448

· Arrêté du 29 mars 2021 modifiant l'arrêté du 14 mars 2017 relatif à la prime d'exercice territorial des personnels médicaux, odontologiques et pharmaceutiques
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043311455

· Arrêté du 29 mars 2021 modifiant l'arrêté du 30 avril 2003 relatif à l'organisation et à l'indemnisation de la continuité des soins et de la permanence pharmaceutique dans les établissements publics de santé et dans les établissements publics d'hébergement pour personnes âgées dépendantes
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043311462

· Arrêté du 29 mars 2021 modifiant l'arrêté du 15 juin 2016 relatif à l'indemnisation de la permanence et de la continuité des soins des personnels médicaux et odontologiques dans les établissements publics de santé et dans les établissements publics d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, des internes et des étudiants en médecine
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043311507

· Arrêté du 29 mars 2021 relatif à l'indemnité différentielle des praticiens associés relevant de l'article R. 6152-901 du code de la santé publique
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043311512

 

Rencontres SNBH 2021 : Le Cofrac et les Biologistes Hospitaliers

Vous pouvez poser vos questions jusqu’au 15 avril : lien vers le formulaire ici

Vous êtes déjà un certain nombre à nous avoir poser des questions, toutes les thématiques peuvent être abordées alors c’est le moment de vous exprimer. Les réponses seront données en direct lors de la visioconférence. Le programme et le lien pour l’inscription vous parviendront très prochainement.

 

Rencontre des syndicats libéraux et hospitaliers avec le ministère

Les représentants des syndicats libéraux ont été conviés pour un échange sur « l’implication actuelle et future des laboratoires de biologie dans la crise » par Marie Francolin, directrice adjointe chargée de la coordination Covid-19 au cabinet du Ministre. Le SNBH associé aux autres syndicats hospitaliers a envoyé un courrier au ministre demandant d’être aussi entendu par la directrice adjointe. Nous avons pu avoir gain de cause et cette visoconférence s’est tenue avec l’ensemble des syndicats mercredi 31 mars. Plusieurs points essentiels ont été abordés : le séquençage réservé au réseau CNR pour lequel les laboratoires privés ou publics sont écartés, la baisse autoritaire du tarif pour les PCR et du forfait SIDEP. Pour les hospitaliers cette baisse de nomenclature équivaut à une baisse d’activité qui pourrait être préjudiciale. Nous avons ajouté le poids de l’accréditation avec les audits qui continuent malgré la crise sanitaire et les difficultés actuelles des hôpiitaux.

Pour répondre à notre demande, nous devons faire remonter les capacités de nos structures à réaliser le séquençage et nos difficultés concrètes face à l’accrédiation.

Nous avons besoin de connaître :

  • vos capacités en terme de séquençage
  • vos difficultés / audits Cofrac

Nous vous joignons une enquête flash via ce lien, une de plus, mais l’enjeu est important et nous vous remercions d’y répondre rapidement.

Nous avons besoin de vous pour faire bouger les murs !

 

GIPS-BIONS (Groupe Intersyndical de Pilotage Stratégique « Ségur pour une biologie médicale numérique »)

Comme nous vous l’avions déjà présenté, le SNBH participe aux travaux du groupe avec le ministère.

Pour  accélerer le déploiement du numérique en santé, le ministère via l’Agence Numérique de Santé (ANS) souhaite pouvoir mettre en œuvre :

  • L’envoi systématique des compte-rendus structurés de biologie médicale aux médecins correspondants (prescripteur et traitant) par messagerie sécurisée de santé (MSS) ;
  • L’alimentation systématique du dossier médical partagé avec ces mêmes compte-rendus ;

Pour celà, le projet se décline en deux vagues ;

La première vague va consister en une action d’aide à l’équipement accompagnée par un financement, prévus dès la fin de cette année 2021. L’objectif est de permettre aux LBM une évolution et/ou une convergence de leur SGL (comme par exemple dans les GHT). Ce financement pourra concerner des projets déjà engagés.

La deuxième vague, prévisionelle, sera la mise en œuvre à partir des SGL, des échanges eux-mêmes pour aboutir à l’envoi de comptes-rendus structurés mais aussi permettre un accès simplifié au dossier médical partagé par le biologiste médical pour parcourir un historique de santé.

Nous vous souhaitons de belles fêtes pascales malgré les contraintes !


 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

L’Edito du SNBH

26/03/2021 - Actualités

 

Rencontres SNBH 2021 : Le Cofrac et les Biologistes Hospitaliers

Cette rencontre organisée par le SNBH se tiendra en visioconférence le mardi 4 mai 2021 de 16h à 18h. Un programme et un lien pour vous inscrire gratuitement vous parviendront prochainement.

Programme en 2 parties :

-           De 16h à 16H45 : interventions et présentations

-           De 16H45 à 18h00 : réponses aux questions des biologistes

En suivant ce lien google form vous pouvez poser vos questions jusqu’au 15 avril 2021. Les réponses seront données en direct lors de la visioconférence.

Questionnaire SNBH – COFRAC

 

Recours sur les TROD de détection des Ac dirigés contre le SARS-CoV-2

Un recours en Conseil d’Etat du SNBH et du Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux avait été déposé cet été suite à l’arrêté du 10 juillet autorisant l’utilisation de ces tests par les médecins ou par d’autres professionnels de santé sous leur responsablité et par les pharmaciens d’officine. Cette requête  vient d’être rejetée par le directeur des Affaires Juridiques du Ministère des Solidarités et de la Santé le 19 mars 2021.

 

Tension en consommables

Nous avons été alertés par l’AP-HP sur une rupture de tubes de prélèvements citratés chez Greiner et donc une tension chez BD qui va être sollicité.

Faites remonter vos problèmes pour les pointes à filtre à vos ARS pour pouvoir bénéficier du stock d’état.

N’hésitez pas à nous faire remonter vos problèmes que nous transmettons tous les mercredis à 13h à la cellule DGS.

 

Rencontres scientifiques à venir :

  • XXIVe journée de microbiologie clinique du COLBVH le vendredi 18 juin 2021.Thème : les infections materno-fœtales. Cette journée se tiendra à l'ASIEM à PARIS dans l'état actuel des conditions en présentiel.
  • 4e Journées Francophones de Biologie Médicale (JFBM) à Rennes du 6 au 8 octobre 2021.

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

L’Edito du SNBH

19/03/2021 - Actualités
 
Textes sortis au JO du 18/03/2021 et liens 
 
-Celui que l’on attendait depuis le 22 décembre 2020 :  Arrêté du 8 mars 2021 fixant les examens représentatifs et les compétences associées pour l'accréditation des lignes de portée des examens de biologie médicale 
 
- Décret n° 2021-293 du 16 mars 2021 modifiant le décret n° 2016-1989 du 30 décembre 2016 fixant les missions et les modalités de désignation des laboratoires de biologie médicale de référence
Ce décret abroge l’obligation d’être accrédité pour candidater en tant que laboratoire de référence sur des examens de biologie médicale déterminés ou sur des examens de biologie médicale de pathologies déterminées. 
 
- Ordonnance n° 2021-291 du 17 mars 2021 relative aux groupements hospitaliers de territoire et à la médicalisation des décisions à l'hôpital 
 
- Ordonnance n° 2021-292 du 17 mars 2021 visant à favoriser l'attractivité des carrières médicales hospitalières
 
- Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2021-292 du 17 mars 2021 visant à favoriser l'attractivité des carrières médicales hospitalière
 
En ce qui concerne les ordonnances APH a voté contre au Conseil Supérieur des Professions Médicales ! Nous reviendrons vers vous pour plus d’explications. 
 
Le SNBH a gagné : Annonce officielle du report de 6 mois de la date de dépôt au COFRAC des 100% : donc ce sera pour le 1er novembre 2021 dernier délai, le texte doit sortir au JO d’ici la fin du mois. 
 
 
Séquençage
 
Pour l’instant il reste l’apanage des 4 plate-formes de séquençage actuelles (CNR Pasteur et Lyon, APHP et APHM). 
3 indications pour le séquençage :
- les enquêtes flash qui sont amenées à être réitérées tous les 15j voire toutes les semaines 
- séquençage interventionnel dans le cas de clusters inexpliqués ou de situation émergente (ex le variant breton) 
- en cas de présentation clinique particulière, de suspicion de réinfection ou d’infection post-vaccination ou post traitement par anticorps monoclonaux. 
 
 
Autotests 
 
Nous vous avons envoyé hier le communiqué de presse à ce sujet. Nous souhaitons alerter le public du risque de la distribution des tests en grande surface et appuyer sur l’inégalité entre les examens de biologie médicale (que ce soit des TROD ou des TAG) soumis à l’accérdiation quand ils sont réalisés dans les LBM et les autotest en vente libre et sans contrôle. Danger ! 
Rétropédalage hier soir en réunion technique des autorités de santé : plus question de l’autoriser à la vente en pharmacie ni en supermarché. Ils seraient utilisables en complément des autres tests actuels pour toucher une population plus large de personnes dans le cadre de dépistages organisés uniquement. A voir donc, mais nous resterons vigilants. 
Notre communiqué a-t-il été entendu ? 
 
 
NABM
 
Vous avez pu voir cette semaine une baisse de la cotation des RT- PCR et du forfait SI-DEP, cette baisse a directement été prononcée par le ministère sans aucune concertation. Une baisse prochaine de la cotation des examens courant est annoncée très prochainement. Il n’y a pas de reconnaissance du travail des biologistes médicaux qui se sont donnés corps et âme durant cette crise. Nous attendons unrendez-vous avec les conseillers du ministre ! 
 
 
Variant « breton » 
Il y a quinze jours il y a eu un cluster à l’hôpital de Lannion. Ce cluster avait comme caractéristique des tableaux cliniques francs avec une PCR négative ou avec CT fort (faible positif). La première hypothèse a été une mutation sur l’amorce de la PCR. Sauf que la PCR sur les LBA reste franchement positive donc pas de mutation. Il parait donc plus probable que le tropisme du virus ait changé dans ce variant vers un tropisme plus pulmonaire que sur le tractus respiratoire haut. 
Ils ont essayé aussi d’après mes sources les PCR sur les selles sans trop de succès. 
Les prélèvements qui fonctionnent sont les prélèvements les plus profonds. 
Ce tropisme pulmonaire est quelque chose que l’on rencontre sur d’autres coronavirus comme le MERS Coronavirus (Middle East Respiratory Syndrom notamment après retour de la Mecque). Ce tropisme n’est pas du tout associé à une plus grande transmissibilité bien au contraire.
Ce qui nous est demandé est pour l’instant uniquement dans les CH : 
- envoyer en séquençage des prélèvements profonds (au mieux LBA) des patients ayant un syndrome clinique franc avec scanner évocateur mais une PCR négative. 
- envoyer en séquençage nos variants « historiques » hospitalisés. Ils sont peu nombreux depuis que le variant anglais est majoritaire. 
Ce variant ne fait pas partie des variants d’intérêt pour le moment d’après Santé Publique France 
Nous vous invitons à aller sur le site de la SFM pour plus de détail. 
 
 
Cofrac 
 
Avez-vous reçu l’enquête de satisfaction du Cofrac normalement adressée au Responsable Qualité de votre laboratoire ? Etes-vous au courant ? 
Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Risque majeur pour la santé publique des autotests : Alerte des biologistes médicaux !

18/03/2021 - Communiqué
 
Le Ministre des Solidarités et de la Santé a échangé le mercredi 10 mars avec près de 22 000 pharmaciens toutes spécialités confondues au cours d’une visioconférence animée par l’Ordre des Pharmaciens. 
 
Durant cette conférence, il s’est exprimé sur l’utilisation possible des autotests tout en restant méfiant sur leur performance, leurs modalités d’utilisation dans la stratégie tester-alerter-protéger,leur interprétation et la remontée des données épidémiologiques. Le ministre a également souligné à plusieurs reprises l’implication des biologistes et les a désignés comme « professionnels du dépistage » dont « le rôle n’est plus à démontrer […] puisqu’ils participent pleinement au dispositif tester-alerter-protéger ». Pourquoi prendre le risque aujourd’hui de mettre en péril ce dispositif ?
 
Un avis favorable – sous conditions – a été émis par la HAS le 16 mars 2021 concernant les autotests. 
 
Cependant, les biologistes médicaux du secteur privé, du public et les internes alertent les français sur la bonne utilisation de ces tests dont la sensibilité ne dépasse pas les 50% chez les patients asymptomatiques. Cela signifie que 50% des patients porteurs de la COVID-19 ne développant pas de symptômes auront un test faussement négatif ; c’est comme tirer à pile ou face. Ce taux de tests faux négatifs se réduit chez les patients symptomatiques mais avoisinerait les 20% pour les tests les plus performants et dans les bonnes conditions d’utilisation. 
 
Notre inquiétude s’est accrue à la suite de l’annonce du Directeur Général de la Santé, reprise par les médias, d’une éventuelle mise à disposition de ces tests dans les supermarchés… 
 
La santé publique n’est pas un produit dont on peut faire commerce ! 
 
Nous rappelons que les tests antigéniques ne sont pas aussi fiables qu’un test RT-PCR, sensible à plus de 90%, qui reste le test de référence en offrant une meilleure qualité de dépistage, de traçabilité et de prise en charge. 
 
Nous devons limiter le risque pour les Français d’être faussement rassurés par un résultat négatif alors qu’ils contaminent leur entourage, ou faussement alertés par un résultat positif, sans réel traçage par un professionnel. 
 
Nous rappelons également que tout résultat positif doit être vérifié en laboratoire par un test RTPCR. 
 
La supervision par le biologiste médical de toutes les étapes du processus de dépistage biologique dans une démarche de qualité est indispensable pour assurer une stratégie tester-alerter-protéger optimale, que ce soit pour les tests RT-PCR ou les tests antigéniques de type TROD ou autotests. 
 
En effet, il ne peut y avoir une biologie à deux vitesses avec une qualité prouvée des examens de biologie médicale par une très lourde accréditation d’un côté et de la biologie sauvage de l’autre, avec des dispositifs moins performants et non contrôlés. 
 
Par ailleurs nous notons qu’il est paradoxal d’imposer une remontée informatique des résultats par l’ensemble des biologistes, pharmaciens, médecins et établissements de santé afin de mieux contrôler l'épidémie, et dans le même temps de laisser des tests en vente-libre sans encadrement par un professionnel de santé. 
 
De telles mesures pourraient mettre à mal toute la stratégie tester-alerter-protéger. 
 
Nous appelons solennellement le gouvernement à ne pas sacrifier la qualité du dépistage que les biologistes médicaux et les différents acteurs se sont efforcés à mettre en place depuis maintenant plus d’un an. 
 
Nous demandons une clarification par le ministère sur l’utilisation de ces dispositifs et rappelons un principe simple :
 
La Santé n’est pas une marchandise. 
 
Contacts presse :
Dr. Lionel BARRAND – Président des Biologistes Médicaux – 06 67 20 81 88 
Dr Tristan CELSE – Président de la FNSIP-BM – 06 66 79 59 83 
Dr. Claude COHEN – Président du SNMB – 06 09 68 51 76 
Pr. Jean-Paul FEUGEAS – Président du SNMB-CHU – 06 85 99 39 18 
Pr. Jean-Gérard GOBERT – Président de la FNSPBHU – 06 82 23 35 66 
Dr. Carole POUPON – Présidente du SNBH – 06 76 36 56 67 

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

L’Edito du SNBH

12/03/2021 - Actualités
 
Calendrier de la dernière étape d’accréditation 
 
Suite aux travaux de la CNBM, l’arrêté définissant les critères des examens de biologie médicale pour satisfaire à l’accréditation de l’ensemble des lignes de portée est signé par le ministre et va être publié au JO dans les prochains jours. Un report de plusieurs mois de la date de dépôt des dossiers initialement prévue le 30 avril 2021 est acté. 
 
 
Surveillance génomique du SARS-Cov-2 et participation aux enquêtes flash 
 
Le Dr Bruno Coignard, directeur des maladies infectieuses, Santé Publique France, a présenté au cours d’une réunion avec la DGS le consortium EMR-GEN, projet pour le suivi des variants d’intérêt connu et surtout la détection de nouveaux variants d’intérêt (avec analyse de risque). Pour cette surveillance 4 plateformes de séquençage NGS et 40 laboratoires de virologie sont sollicités. Des enquêtes flash sont programmées et vous avez très certainement participé. La prochaine enquête flash n°5 est programmée pour le 16 mars. Le SNBH s’est positionné comme relai au niveau de SPF pour vous transmettre ces informations.
 
 
 
Tension en consommables 
 
Vous avez été 86 à répondre à notre enquête flash et nous vous en remercions, 59% d’entre vous sont concerné par une tension en consommables (72% pour les pointes à filtre, 30% pour les pipettes de transfert et 13% pour les microplaques). La plupart (64%) ne déclarent pas cette tension sur la plate-forme ministérielle en raison du manque de temps et de sa complexité, 33% déclarent à l’ARS et parmi ces derniers seuls 13% ont eu un retour de leur ARS… Les résultats de l’enquête ont été transmis à la DGS. N’hésitez pas à revenir vers nous, nous faisons le lien. 
 
 
La webconférence avec le COFRAC dont nous vous avions parlé est fixée au 4 mai prochain. 
Save the date !
Nous reviendrons rapidement vers vous pour plus de détail. 
Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

L’Edito du SNBH

05/03/2021 - Actualités

 

Infos COVID

La stratégie va évoluer rapidement non plus vers un dépistage des variantes mais vers une recherche de la mutation E484K et ceci en première intention. Nous vous ferons parvenir la liste des fournisseurs s’orientant dans cette voie au fur et à mesure que nous l’aurons.

L’immense majorité des injections de Bamlanivimab se feront dans nos hôpitaux et ceci 7 jours sur 7. La mutation E484K interdit l’injection. Ainsi il faudra la dépister (criblage des variants ou mutation spécifique) avant toute injection. L’injection doit se faire avant J5 de la maladie, cela complique le calendrier. Ainsi il parait probable qu’il faudra dépister in situ dans les hopitaux autorisés à injecter ce traitement cette mutation.

 

Rupture de consommables plastiques

Le SNBH participe à un groupe de travail hebdomadaire sur ce sujet avec la DGS.

Pour nous aider nous vous demandons à ce titre de répondre par retour  de mail au questionnaire que nous avons préparé (réponse avant le mardi 9 mars) en allant sur le lien

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfGGqeyTziTSELTdN9PBrhIrMq_ClsZ2mLdYgh4_0vB86GNJA/viewform

 

Arrêté du 1er mars 2021 (cet arrêté concerne essentiellement les biologistes llibéraux)

« VI bis. – A l’issue d’un test antigénique positif, les pharmaciens libéraux peuvent effectuer en officine un prélèvement, facturé selon les rémunérations définies au IV, pour la réalisation d’un acte de criblage de variant par une technique de RT-PCR spécifique en laboratoire de biologie médicale dans les conditions mentionnées à 2 mars 2021 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 17 sur 101 l’article 28-2 du présent arrêté. Les prélèvements sont assurés sous la responsabilité d’un laboratoire de biologie médicale dans le cadre d’une convention passée avec le pharmacien d’officine. »

« VII. – Par dérogation à l’article L. 5221-5 du code de la santé publique, les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro utilisés pour la réalisation d’un criblage de variant du SARS-CoV-2 par une technique de RT-PCR spécifique, répondant aux exigences techniques figurant sur le site internet du ministère chargé de la santé, peuvent être fabriqués par les laboratoires de biologie médicale mentionnés à l’article L. 6212-1 du code de la santé publique. « Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro mentionnés au précédent alinéa sont fabriqués et utilisés exclusivement au sein d’un laboratoire de biologie médicale pour son propre usage. « Par dérogation au second alinéa de l’article R. 5221-21 du code de la santé publique, les laboratoires de biologie médicale mentionnés au premier alinéa du présent VII doivent respecter le cahier des charges publié sur les sites internet de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et du ministère chargé de la santé. Ils communiquent à l’agence les informations prévues par ce cahier des charges. « Ces laboratoires de biologie médicale sont soumis aux obligations de réactovigilance prévues aux articles R. 5222-16 à R. 5222-18 du code de la santé publique pour la fabrication et l’utilisation de ces dispositifs médicaux de diagnostic in vitro. »

« A l’issue d’un test antigénique positif, les laboratoires de biologie médicale peuvent facturer, dans les conditions prévues à l’alinéa précédent, un acte de criblage de variant par une technique de RT-PCR spécifique sur un nouveau prélèvement réalisé à cet effet. Si le laboratoire de biologie médicale réalise un nouveau prélèvement, il peut facturer en sus un acte de prélèvement côté 9058 à la nomenclature des actes de biologie médicale. »

 

Infos DGS

La DGS s’engage à  nous donner de la visibilité dans les prochains jours sur les deux points suivants :

Le calendrier de publication de l’arrêté concernant la liste des examens par ligne de portée ;

L’échéance actualisée concernant la remise des dossiers pour cette étape d’accréditation.

 

Nouvelles d’APH 

Le projet d’ordonnance sur la gouvernance hospitalère a été retoqué par le Conseil Supérieur des Professions Médicales avec avis unanimement défavorable des 3 collèges statutaires de praticiens dont APH.

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

L’Edito du SNBH

26/02/2021 - Actualités
 
Infos CNBM 
 
La Commission Nationale de Biologie Médicale s’est réunie ce 26 février avec la DGS pour finaliser le texte de la CNBM voté le 22 décembre 2020 relatif à l’arrêté du 16 juillet sur l’accréditation à 100% des lignes de portées tel que relu et amendé par la DGS, en vue de produire un arrêté. Suite à cette réunion, cet arrêté devrait être porté à la signature et publié. Un report de la date buttoir du 30 avril est prévu. 
 
 
Infos DGS 
 
Criblage : rien de nouveau. Un cahier des charges concernant les laboratoires privés pour l’utilisation des réactifs RUO (réactifs autorisés pour la recherche) est discuté mais ne concerne pas les laboratoires hospitaliers qui peuvent les utiliser. 
Tests salivaires : problème de « monopôle » donné à certains laboratoires pour la réalisation des tests salivaires pour l’éducation nationale. Les laboratoires hospitaliers sont réservés en 2e ligne quand les tests salivaires se généraliseront notamment pour les personnels médicaux et médicosociaux… A vos marques ! 
 
 
Cyberattaque 
 
La fuite, révélée par le quotidien Libération, est sans précédent avec les données médicales de près de 500.000 patients français qui ont été rendues publiques sur Internet. Ces informations hautement sensibles ont été dérobées à des laboratoires du quart nord-ouest de la France et diffusées en ligne. La Bretagne semble être la région la plus concernée avec les données médicales de plus de 300.000 Bretons et Bretonnes qui circuleraient depuis plusieurs jours sur le Web. Pour tenter de rassurer la population et prévenir d’éventuelles attaques, le centre d’expertise en cyber sécurité Acceis, créé en 2015 à Rennes, a mis en ligne ce jeudi un outil pour savoir si l’on fait partie des patients concernés par cette fuite de données médicales : https://fuitededonneesdesante.acceis.fr
 
 
Ségur du numérique 
 
Le SNBH participe au groupe intersyndical de pilotage stratégique "Ségur sur une biologie médicale numérique". Trois réunions ont déjà eu lieu et les échanges, qui concernent à la fois LBM privés et LBM publics, portent sur différents sujets comme les moyens à mettre en œuvre pour intégrer le référentiel d'identitovigilance, la validation des spécifications à demander aux éditeurs de logicielspour permettre la remontée de compte-rendu de biologie vers le DMP, mais aussi la nécessité de prendre en compte les spécificités hospitalières… Le sujet est ardu et a comme objectifs d'aboutir à des labélisations d'éditeurs et de permettre aux LBM de recevoir des financements d'aide à l'équipement. 
 
 
Rupture de consommables plastiques
 
Il est important de déclarer soit sur la plate-forme nationale (DRESS), soit à vos ARS respectives et au mieux aux deux, vos difficultés en approvisionnement de certains consommables notamment les pointes filtres et les microplaques afin de pouvoir bénéficier des allotissements qui seront distribués par le ministère. 
 
Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

L’Edito du SNBH

19/02/2021 - Actualités
 
Rupture de consommables plastiques 
 
Cônes à filtre, microplaques, tubes, pots de recueil, pipettes de transfert, … les stocks de consommables plastiques s’épuisent dans les hôpitaux. La DGS est en alerte : déclarez vos stocks sur la plateforme ministérielle Un an après ça recommence : envie de rire ou de pleurer… 
 
 
Criblage
 
A ce jour seuls 70% des PCR positives ont un criblage avec un délai de résultat moyen entre 3 et 5 j (données SIDEP). Rien d’étonnant au vu de la sensibilité très médiocre des PCR de criblage, certains laboratoires refusent d’envoyer leurs PCR positives avec des Ct >30 car de toute façon la PCR de criblage sera indéterminée : que de temps et d’argent gaspillés à exiger 100% de criblage. La DGS doit interroger la SFM sur ce point que nous leur avons fait remonter. 
 
 
Tests salivaires
 
Ils vont être proposés dès la rentrée des classes pour les élèves (début dès lundi 22 pour la rentrée de la zone A). Le but : tester 100% des élèves de façon itérative en ciblant prioritairement les écoles primaires. Nous resterons vigilants sur les problèmes d’identitovigilance et de phase pré-analytique… 
 
 
Infos NABM 
 
Une baisse de la NABM est annoncée pour le mois de mars. Une pénalisation vis-à-vis du non criblage ou criblage tardif nous menace. Le traitement préanalytique des tests salivaires ne serait pas pris en compte. En baisse également envisagés la RT-PCR et le forfait SIDEP : plus on nous en demande, moins on nous rémunère… Les biologistes ont toute la reconnaissance du gouvernement ! C’est insupportable ! Nous allons agir bien qu’exclus de toute négociation avec la CNAM. 
 
 
Accréditation 
 
A noter dans la revue Compétences n°87 à propos du questionnaire qui a été envoyé fin 2020 cette phrase qui en dit long sur l’aveuglement du COFRAC : ‘’Le taux de réponse a été de 41% sur 780 sollicitations démontrant la motivation à l’accréditation des professionnels médicaux concernés.’’ Moins d’un sur deux motivé : c’est sûr on est à fond ! D’autant que ce questionnaire n’a été envoyé qu’aux correspondants du COFRAC, RAQ ou ingénieur qualité. Qui ne sont pas tous biologistes !! 
Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

L’Edito du SNBH

12/02/2021 - Comme promis les actualités de la semaine

DGS-urgent du dimanche 7 février

Cette note ministérielle rend obligatoire la détection des variants Sud-Africains N501V2 et brésiliens N501V3 chez les patients ayant une RT-PCR positive avec un délai de rendu dans SI-DEP dans les 36 heures. Vous nous avez fait remonter vos difficultés et remarques que nous transmettons à la cellule test du ministère ainsi qu’aux responsables de SI-DEP. Nous avons régulièrement des réunions avec ces 2 entités, n’hésitez pas à revenir vers nous. Nous vous avons transmis la dernière  version V2.5 du guide d’information SI-DEP. (=> Téléchargement)

 

HAS et prélèvements salivaires

 

La HAS a publié un avis qui modifie l’utilisation de la RT-PCR sur prélèvement salivaire avec extension aux personnes asymptomatiques dans le cadre du dépistage itératif ciblé en précisant les conditions. En raison de contraintes préanalytiques plus chronophages, nous craignons que ce type de prélèvement s’étende au personnel hospitalier. Le prélèvement salivaire n’est actuellement pas validé pour toutes les techniques. (=> Téléchargement)

 

Infos Cofrac et  Accréditation

Le Cofrac accepte les reports demandés par certains d’entre vous : n’hésitez pas à le faire si besoin.

Suite à un échange avec le directeur général du Cofrac, nous allons organiser un webinar « VisioSNBH » au mois d’avril permettant d’échanger avec ce dernier. Faites nous parvenir toutes les questions que vous souhaiterez poser afin de préparer en amont cet échange.

Nous avons à nouveau interrogé notre ministre et notre DGS au sujet du texte qui devrait sortir sur les lignes de portées suite au travail de la CNBM (document transmis à la DGS le 22 décembre…) et au sujet d’un report éventuel de la date du 30 avril. Nous demandons une suspension des audits ! Nous n’avons, à l’heure qu’il est, aucune réponse si ce n’est « on va vous répondre ». Le SNBH est bien décidé à ne rien lâcher !

 

Infos DGS

En projet, l’utilisation possible des réactifs RUO (Research Use Only) par les laboratoires privés pour la détection de nouveaux variants. Il n’y a pas cette nécessité pour les laboartoires publics qui peuvent utiliser leurs propres réactifs directement sans validation de méthode au sens accréditation mais avec lien fort avec l’ANSM (réactovigilance). Le suivi des traitements par Ac monoclonaux qui vont se mettre en place devrait se faire par la cinétique de la « charge virale » en raison du risque de sélection d’un variant pour lequel les Ac ne seraient pas actifs.

 

Infos JFBM

Le comité scientifique vous proposera prochainement le programme pour Rennes. Réservez la date dès à présent (06 au 08/10/21). Une visioJFBM est prévue au mois de mai pour vous faire patienter.

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

COVID Info SNBH

03/02/2021 - Newsletter du 3 février 2021

Chers adhérents, chers collègues,

Le SNBH prend l’initiative de vous proposer chaque semaine une courte newsletter de l’actualité tournant autour de la COVID et plus particulièrement de son dépistage.

 

Variants :

Le ministère a publié le samedi 23 janvier un DGS-urgent nous demandant d’envoyer l’ensemble de nos PCR positives en criblage ou de monter la technique.

Etonnamment, le dimanche, seul le laboratoire Biomnis était en mesure d’assurer cette analyse. Il est évident que le ministère a travaillé avec les grands groupes privés et que la communauté publique a découvert cette instruction par le DGS-urgent.

De nombreux laboratoires notamment d’Île de France, des Hauts de France ou de Rhône Alpes (et surement ailleurs) n’avaient pas attendu le ministère pour commencer à travailler sur le variant anglais notamment au sein de partenariats entre le secteur public et le secteur privé. Cette annonce subite du ministère a fortement déstructuré ces partenariats. Nous le regrettons profondément et nous nous en sommes ouverts dans une lettre au ministère.

Sur le fond la Société Française de Microbiologie s’oppose à cette logique de criblage de toutes les PCRs positives et préférerait une politique forte de séquençage par échantillonnage.

En effet une PCR de criblage détecte une mutation ponctuelle sans pouvoir affirmer de manière catégorique le lignage.

Nous nous associons donc avec la SFM sur cette position.

Par ailleurs nous avons découvert au fur et à mesure de la disponibilité des kits de criblage que certains n’avaient pas une meilleure spécificité pour l’orientation vers le variant anglais que faisait ThermoFischer avec son kit TaqPath largement utilisé dans nos laboratoires.

Nous avons enfin été reçus en audioconférence sur ce sujet par le ministère. Ils maintiennent absolument l’obligation de vérification de toute PCR positive par un kit de criblage homologué malgré nos remarques sur le fond.

Leur argumentaire tourne autour du contact tracing. Une PCR de criblage positive déclenchera un contact tracing par un Traceur Senior avec un tracing ascendant et descendant.

Il est évident que le variant anglais va dominer très rapidement et que donc d’ici peu cette logique de tracing différenciée tombera aussi.

 

SIDEP :

Un guide SIDEP est paru concernant le nouveau variant. Il est assez peu applicable dans beaucoup de nos logiciels. Les éditeurs travaillent dessus et doivent revenir vers nous… il n’est quand même pas exclu que quand ils auront résolu les problèmes que le variant soit majoritaire rendant inutile la remontée exhaustive du typage.

 

Salive :

La Haute Autorité de Santé a évalué dans un récent rapport la pertinence du prélèvement salivaire analysé en rtPCR.

Le ministère nous a consultés sur l’applicabilité dans les hôpitaux.

Nous avons insisté sur la question d’identitovigilance, du non libre choix du patient de sa technique, de qualité du prélèvement et de sureté microbiologique de celui-ci.

Nous avons le sentiment qu’à court terme le prélèvement salivaire ne concernera pas les patients des hôpitaux mais plutôt les prélèvements itératifs (école, EHPAD, sportifs,…)

 

Nous reviendrons vers vous au fur et à mesure que nous en saurons plus en publiant régulièrement de nouvelles newsletters COVID Info SNBH

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Le SNBH alerte la DGS au sujet de la PCR “de criblage”

27/01/2021 - Communiqué

Courrier adressé au directeur général de la DGOS,
Monsieur le Pr Jérôme Salomon

Mardi 26 janvier 2021

Monsieur le Directeur de la Direction Générale de la Santé,

 
Nous avons reçu, samedi 23 janvier, un DGS-Urgent n°8 en continuité du DGS-Urgent n°5 sur la stratégie de freinage de la propagation des variantes du SARS-COV-2. Cette note à application immédiate un samedi soir nous impose de réaliser une deuxième RT-PCR avec un kit spécifique de criblage de variantes pour l’ensemble des résultats positifs.

Actuellement sur la plateforme du MSS seul le kit Eurofins ViroBOAR spike 1.0 est autorisé pour ce criblage. D'autres kits seront ajoutés peu à peu. Le kit TAQPATH de chez ThermoFischer n'est pas autorisé pour cette PCR ciblant les variants mais peut continuer à être utilisé en première intention.

Nos laboratoires se voient donc dans un premier temps dans l’obligation d’externaliser cette 2ème RT-PCR vers le seul laboratoire spécialisé ayant reçu l’autorisation ministérielle. Les résultats de cette 2ème RT-PCR doivent être saisis sans délai dans SI-DEP. Aucune logistique n’est organisée, SI-DEP n’est pas à jour. Nous avons reçu un guide technique mais sans application pratique.

Nous regrettons l'absence d’une concertation préalable, l'absence de technique "ouverte" désignée par le CNR. Nous sommes également surpris de constater que le seul laboratoire réalisant cette analyse soit aussi le seul autorisé à fabriquer les kits.

Nous comprenons l’urgence de la situation, nous nous étions déjà organisés suite à la DGS- Urgent n°5 mais aujourd’hui nous ne savons plus quel message faire passer à nos mandants.

Nous avons toujours été acteurs et proactifs dans cette crise mais nous avons dans ce dernier cas besoin d’informations précises pour vous aider à mettre en place cette nouvelle stratégie.
 
Veuillez croire, Monsieur le Directeur Général, à l’assurance de nos sentiments dévoués.

Eric Guiheneuf
Vice-Président Les Biologistes Médicaux
06 10 97 25 14 eric.guiheneuf@gmail.fr

Carole Poupon
Présidente du SNBH
06 76 36 56 67 carole.poupon@ch-gonesse.fr

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Covid, remboursement des RT-PCR et conséquences pour les laboratoires hospitaliers: le SNBH ne laisse pas tomber !

20/01/2021 - Enquête flash
 
 
Le SNBH projette de déposer un recours suite à l’Arrêté du 12 décembre 2020 portant modification des conditions de remboursement de l'acte de détection du génome du SARSCoV-2 par amplification génique.
 
Afin d’alimenter notre dossier nous avons besoin de votre aide et nous vous demandons de répondre à une enquête flash avant le 29 janvier 2021 en suivant le lien : 
 
 
 
Votre réponse est de la plus haute importance et nous vous tiendrons bien sûr informés de la suite.
 
Merci!

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Enquête SNBH : Examens de RT-PCR SARS CoV-2 : quelle organisation pour leur réalisation pendant l’épidémie ?

20/01/2021 - Résultats

Les résultats de notre enquête "Examens de RT-PCR SARS CoV-2 : quelle organisation pour leur réalisation pendant l'épidémie ?" sont disponibles :

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Enquête SNBH : accréditation et assurance qualité

20/01/2021 - Résultats

Les résultats de notre enquête "Accréditation et assurance qualité" sont disponibles :

http://www.snbh.asso.fr/wp-content/uploads/Sondage-Accréditation-et-assurance-qualité.pdf

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Le SNBH s’associe à la grève illimitée du SNPHARE et renouvèle ses interrogations sur l’allègement des procédures d’accréditation.

13/01/2021 - Communiqué

 

Le SNBH est en plein accord avec les revendications du SNPHARE au sujet de l’absence d’équité des grilles salariales des PH et demande une grille unique.
De nombreux biologistes hospitaliers ont déposés un recours gracieux.


Nous exigeons de plus la suspension  immédiate de toute procédure d’accréditation !



Depuis le début de la crise sanitaire les biologistes hospitaliers se sont largement impliqués et ont répondu présents. Nous vous avons adressé un courrier le 26 août, puis une nouvelle alerte le 27 octobre dernier pour vous demander une suspension des procédures d’accréditation.

L’arrêté du 8 décembre permet  un délai de 6 mois pour la poursuite d’activité des laboratoires de biologie médicale ayant vu une suspension de leur accréditation  en raison de la crise sanitaire.

Ce point est repris dans un courrier du Directeur Général de la Santé que nous avons reçu le 22 décembre.

Cette mesure est  très insuffisante et la simplification annoncée dans le Ségur est actuellement inexistante. Certes la Commission Nationale de Biologie Médicale a rendu sa copie le 22 décembre mais nous sommes toujours dans l’attente du retour de la Direction Générale de la Santé.

Les biologistes sont à nouveau impliqués dans la lutte contre les variants du COVID (variant anglais et bientôt d’autres variants) et nous sommes sollicités par le Centre National de Référence  et Santé Publique France car l’identification des variants doit se faire sans aucune perte de temps…  L’émergence  de nouveaux virus ou de variants dans le monde  n’en est qu’à son début et les biologistes médicaux devront être au premier plan de cette lutte comme ils le sont sans relâche depuis le début de la crise sanitaire. Nous sommes prêts à répondre à ces appels et faire plus encore si nécessaire, les laboratoires réalisant le séquençage doivent pouvoir se multiplier.

Les biologistes hospitaliers demandent une fois de plus de nous laisser faire ce qui est notre métier en agissant sur un allègement réel de l’accréditation qui reste l’obstacle freinateur de toute évolution pour la plupart d’entre nous. Dans un sondage réalisé au mois de décembre, plus de 700 biologistes dont 75% d’hospitaliers se sont positionnés par rapport au processus d’accréditation imposé par le COFRAC et plus de 82% d’entre eux en demandent la refonte totale.

Comme actée en mesure numéro 20 du Ségur, nous exigeons la simplification du processus d’accréditation en recentrant la démarche qualité sur des objectifs partagés par les organisations professionnelles représentatives des biologistes médicaux reconnues.

Sourd à nos demandes répétées, le COFRAC n’a pas de légitimité à en fixer seul les règles dans ses structures internes. Nos équipes sont éreintées par la surcharge de travail, le report des congés et auront besoin de récupérer au sortir de la crise. Le maintien de la pression de l’accréditation aggrave considérablement le stress et les risques psychosociaux.

Notre priorité est et restera toujours la Santé Publique !

Contact :

Carole Poupon
Présidente du SNBH
Portable : 06 76 36 56V67
carole.poupon@ch-gonesse.fr

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

La grève en guise de vœux pour l’hôpital public ?

12/01/2021 - Communiqué de presse APH

APH est associé à la journée de mobilisation du 11 janvier 2021 et incite tous les praticiens
hospitaliers à rejoindre le mouvement.
 
Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Monsieur Le Ministre, associez les biologistes médicaux à l’effort de vaccination !

08/01/2021 - Communiqué

Les représentants des biologistes médicaux – internes, hospitaliers et libéraux – alertent les autorités sur l’importance d’augmenter rapidement la couverture vaccinale face au SARS-CoV-2 afin d’éradiquer le virus.

Les défis sont nombreux et la France accuse un retard important.

Les biologistes médicaux, qui ont démontré leur expertise et leur réactivité dans cette crise, sont organisés et disponibles pour vacciner et sensibiliser la population à l’importance de la vaccination.

Avec près de 5000 sites à proximité des patients adaptés à la sécurité et la confidentialités de l'acte, des professionnels compétents, rodés à la qualité et à la traçabilité, une logistique optimale avec des véhicules tri-températures parfaitement adaptés aux contraintes de conservation et de distribution du vaccin, les laboratoires de biologie médicale peuvent relever le défi.

Pour gagner la bataille contre le SARS-CoV-2, il est indispensable de multiplier les points d’accès à la vaccination : nous exhortons les autorités à prendre conscience de ces enjeux et à s’appuyer sur les laboratoires de biologie médicale hospitaliers et en ambulatoire.

Nous réitérons notre demande à Monsieur le Ministre de la Santé ; associez les biologistes médicaux à l’effort national de vaccination afin d’améliorer la couverture des Français contre le SARS-Cov-2.

 

Dr. Lionel BARRAND – Président du SJBM – 06 67 20 81 88 – president@sjbm.fr 

Dr. François BLANCHECOTTE – Président du SDB – 06 08 89 61 02 – president@sdbio.eu

Pr. Jean-Paul FEUGEAS – Président du SNMB-CHU – snmbchu@aol.com

Pr. Jean-Gérard GOBERT – Président de la FNSPBHU – 06 82 23 35 66– jeangerard.gobert@gmail.com

Dr. Carole POUPON – Présidente du SNBH – 06 76 36 56 67 – Carole.Poupon@ch-gonesse.fr

Dr. Jean PHILIPP – Président du SLBC – 06 77 15 54 07 – jphilipp39@gmail.com

Dr. Philippe PIET – Président biologie section G Ordre des Pharmaciens – ppiet@ordre.pharmacien.fr

Dr. Tristan CELSE – Président de la FNSIP-BM – 06 66 79 59 83 – president@fnsip.fr

Pr. Jean-Luc WAUTIER – Président d’honneur du SNMB-CHU – 06 85 12 93 95 – jlwautier@hotmail.fr

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Voeux

01/01 - 2021

 

Le bureau du SNBH vous adresse ses meilleurs voeux !

Que 2021 voit renaître l'espoir et vous apporte le meilleur pour vous et vos proches !

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Bureau SNBH

23/12 - 2020

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Les laboratoires hospitaliers de biologie médicale non reconnus pour leurs efforts devant la crise Covid

16/12/2020 - Communiqué

L’arrêté du 12 décembre 2020 portant modification des conditions de remboursement de l’acte de  détection du génome du SARS-CoV-2 par amplification génique déclenche le mécontentement des biologistes hospitaliers.

Ces derniers n’ont pas été concertés par cette mesure alors que l’article 1er de cet arrêté mentionne une modification de la cotation pour tous les laboratoires de biologie médicale qu’ils soient privés ou hospitaliers. Seuls les laboratoires de ville sont concernés par l’article 2, qui prévoit une majoration en cas de rendu du résultat dans un délai inférieur à 24h.
 
Cette modification de la nomenclature va entraîner une diminution globale de l’activité en B des laboratoires hospitaliers sans aucune compensation, alors que la plupart d’entre eux se sont équipés ou organisés pour rendre les résultats dans les 24h en raison de l’urgence des demandes en milieu hospitalier.
 
Nous demandons à être écoutés et reconnus dans cette démarche et qu’une modification soit apportée dans un nouveau décret.
 
Tristan CELSE – Président de la FNSIP-BM – 06 66 79 59 83
Pr. Jean-Paul FEUGEAS – Président du SNMB-CHU – 06 85 99 39 18
Pr. Jean-Gérard GOBERT – Président de la FNSPBHU – 06 82 23 35 66
Dr Eric GUIHENEUF – Vice-président du SJBM, Collège hospitalier – 06 10 97 25 14
Dr. Carole POUPON  – Présidente du SNBH – 06 76 36 56 67

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Autorisation de poursuite d’activité malgré un défaut d’accréditation prolongée de 6 mois

09/12/2020 - Journal officiel du 09/12/2020

Au journal officiel du 9 décembre 2020, l’autorisation de poursuite d’activité malgré un défaut d’accréditation a été prolongée de 6 mois.

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042625579

Nos efforts commencent à payer. Ce n’est pas ce que le ministre nous avait promis mais c’est une première avancée qui reconnait l’impact de la crise sanitaire sur les biologistes médicaux et que ceux-ci ont pour première préoccupation le patient et pas le COFRAC !

Soyez assurés que nous continuons nos efforts pour atteindre la suppression de l’accréditation sous sa forme actuelle tellement déconnectée de la réalité de terrain et que nous ne lâcherons pas.

 

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Votre avis pour alimenter les réflexions de la commission nationale de biologie médicale

08/12/2020 - Enquête

Cher(e)s Collègues Biologistes
 
La CNBM – Commission Nationale de Biologie Médicale – travaille actuellement à définir les examens à accréditer par ligne de portée, conformément à la réglementation. Le SJBM, le SNBH et la FNSIPBM sollicitent votre avis pour alimenter les réflexions de cette commission.

Veuillez trouver ci-joint le lien vers un sondage flash (4 questions – 30 secondes pour répondre)

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdKwmFYEGxVmLHtgAaU274w2VZ9778r3wEALsWFOfWkWOSqmQ/viewform

Merci de ne répondre qu'une seule fois si vous avez été déjà sollicités.
 
Nous défendrons la position majoritaire : les nouvelles modalités d'accréditation et d'assurance qualité doivent être construites avec les internes et les biologistes de terrain.
 
N'hésitez pas à laisser des commentaires libres en fin de sondage !
 
Nous clôturerons ce sondage le 15 décembre.

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Tests antigéniques dans les établissements de santé : les laboratoires de biologie médicale ont-ils un rôle ?

26/11/2020 - Information

Les nouvelles directives du ministère de la santé encouragent l’utilisation des tests antigéniques dans les établissements de santé et les EHPAD. La réalisation de ces tests nécessite une remontée des résultats dans la plateforme SIDEP. La RT-PCR restant la technique de référence.

Ces tests peuvent être réalisés dans les services d’urgence ou les EHPAD. Plusieurs cas de figure possibles :

1-Le test n’est pas réalisé car le délai de rendu des RT-PCR par le laboratoire est satisfaisant

2- Le test est réalisé dans le service par un médecin ou une infirmière sous leur responsabilité. Le résultat est transmis dans SIDEP 4 sans intervention du laboratoire. Le test est alors un TROD non soumis à l’accréditation.

3- Le test est réalisé dans le service par un médecin ou une infirmière sous la responsabilité d’un biologiste qui transcrit le résultat via son SIL directement dans SIDEP 3. Le test est alors un TDR soumis à l’accréditation selon la norme 22870 (biologie délocalisée)

4- Le test est réalisé au laboratoire. Dans ce cas il s’agit d’un TDR soumis aussi à l’accréditation mais selon la norme 15189. Le résultat est transmis directement dans SIDEP 3 par le biologiste.

Dans les cas 2, 3 et 4 : on parle d’un même test avec 3 « destinées » différentes … On parle bien de biologie médicale ? Elle ne peut être à triple sens !

Dans le cas 2 il faut bien comprendre que ce n’est plus de la responsabilité du biologiste mais de celle du médecin qui prendra la décision ou pas de faire un contrôle RT-PCR. Nous devons refuser dans ce cas de prendre en charge la partie administrative, on ne peut nous obliger de le faire.

Dans les cas 3 et 4 le test est sous contrôle du biologiste, c’est lui qui décide ou pas de mettre le test en place avec ses connaissances et qui prend sans risque le rendu de résultat et sa  gestion administrative. C’est notre métier ne l’oublions pas.

Si l’on veut être efficace et décharger les services de soins, il faut laisser la main aux biologistes.

Ne nous laissons rien imposer !

Nous rappelons qu’il est  urgent de geler le processus d’accréditation jusqu’à la fin de la crise sanitaire, conformément à l’engagement, pris le 27 octobre en visioconférence devant l’ensemble des représentants des biologistes médicaux, par le Ministre des Solidarités et de la Santé.

Et dans l’intérêt supérieur de la Santé Publique, des malades, des médecins prescripteurs et des soignants !

Dr. Lionel BARRAND – Président du SJBM – 06 67 20 81 88

Pr. Jean-Paul FEUGEAS – Président du SNMB-CHU – 06 85 99 39 18

Pr. Jean-Gérard GOBERT – Président de la FNSPBHU – 06 82 23 35 66

Dr. Carole POUPON  – Présidente du SNBH – 06 76 36 56 67

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Accréditation et crise sanitaire – Soutien des syndicats

24/11/2020 - Information APH/JM/SJBM/SNBH

Appel des organisations syndicales APH/JM/SJBM/SNBH incitant les biologistes à refuser toute procédure en lien avec l’accréditation pendant la crise sanitaire en les assurant du plein soutien des syndicats.

Nous vous demandons de faire systématiquement suivre au bureau du SNBH snbh@ghtpdfr.onmicrosoft.com tous les courriers ou courriels du COFRAC relatifs à la programmation d’une évaluation dont vous souhaitez l’ajournement et notamment les courriers attirant votre attention sur « les impératifs formels issus des référentiels internationaux en vigueur, qui pourraient conduire le COFRAC à envisager la suspension de votre accréditation à défaut d’une évaluation proche » ou vous avertissant d’une « information préalable à une prise de décision de suspension de l’accréditation » à l’encontre de votre laboratoire.

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Suppression des 3 premiers échelons des praticiens hospitaliers

24/11/2020 - Modalités de recours APH

Information APH sur les modalités de recours concernant le décret 2020-1182 du 28 septembre 2020 relatif à la modification de la grille des émoluments des praticiens hospitaliers à temps plein et à temps partiel

APH va déposer un recours contre le décret 2020-1182 supprimant les 3 premiers échelons et entrainant une rupture d'équité dans le décompte de l'ancienneté des praticiens hospitaliers.

En préambule, rappelons qu’un nombre conséquent de praticiens ont été nommés avant la publication de ce décret avec des émoluments correspondant à ceux d’un PH échelon 4 + 10%. Cette mesure ferait donc perdre 10% de salaire pour certains de nos jeunes collègues nouvellement nommés. Dans ce sens APH avait demandé la suppression des 4 premiers échelons.

En effet, si cette mesure peut sembler être favorable au recrutement de nouveaux praticiens hospitaliers, sa mise en application crée de graves tensions en générant d’importantes inégalités de traitement entre ceux nommés avant et après la parution du décret, laissant apparaître une différence d’échelons et donc de salaires correspondant à 4 ans d’ancienneté.
Cette inégalité sera encore plus flagrante après le Ségur avec l’introduction prévue par le prochain décret de 3 nouveaux échelons en fin de grille.

Seuls ceux nommés après septembre 2020 pourront espérer finir leur carrière au dernier échelon après 24 années de services accomplis. Pour les autres, c’est 36 ans et il faudra continuer à travailler au-delà de 65 ans si l’on veut atteindre le dernier échelon. C’est d’ailleurs certainement le but recherché !
APH a décidé d’attaquer cette mesure en Conseil d’Etat.
Comme pour toute procédure juridique, il est impossible d’en connaître l’issue, mais nous mettrons tout en œuvre pour gagner. Rappelons que toutes les procédures entamées par APH et Jeunes Médecins depuis le début de l’année contre le ministère ont été gagnées.
À côté de ce recours collectif sur le décret, nous vous invitons à faire des recours individuels sur les arrêtés de reclassement qui commencent à arriver dans nos boites aux lettres. Ces recours sont à faire dans les deux mois à partir de la réception de l’arrêté de reclassement. 
Notre avocate est prête à réaliser ces recours pour nos adhérents à un tarif préférentiel. Une partie des frais pourra aussi certainement être pris en charge par les assurances professionnelles individuelles (à la condition de déclarer un sinistre en expliquant le motif avant de lancer le recours).

Vous avez plusieurs possibilités :
1/ Recours gracieux à adresser par lettre recommandée avec accusé de réception au CNG ou au DG de votre établissement en fonction de celui qui signe votre arrêté de reclassement (modèle de courrier : http://www.snbh.asso.fr/wp-content/uploads/Modele_pour_recours_gracieux_20201120.doc). APH vous rappelle que si au bout de 2 mois le CNG ne vous a pas répondu, vous disposerez de deux mois supplémentaires pour contester la décision par voie juridique sinon la décision sera considérée comme entérinée (cf 3).
2/ Attaquer la décision immédiatement au tribunal administratif dont dépend votre établissement de soins si vous avez reçu l’arrêté de nomination signé de votre direction hospitalière ou le tribunal administratif de Paris s’il vient directement du CNG. Notre avocat peut se charger de vous aider, APH a négocié un tarif individuel pour la procédure.
3/ Recours au tribunal administratif après 2 mois sans réponse à votre recours gracieux : courrier au tribunal administratif du département où a été signé l’arrêté (Paris pour le CNG ou autre selon votre département d’exercice) en saisissant le juge administratif en lui expliquant que vous n’avez pas reçu de réponse à votre premier courrier que vous joindrez en copie.

 APH et JM vont également lancer un compteur qui va nous permettre de suivre le nombre de recours lancés par les praticiens contre cette mesure.

APH attaque le décret 2020-1182 du 28 septembre 2020 car il crée une rupture d’équité entre les praticiens et nous vous indiquons pour ceux qui le souhaitent les possibilités de recours à titre individuel.

Comme vous le savez APH et chacune de ses composantes se bat au quotidien pour défendre les praticiens hospitaliers, leur statut et l’hôpital public.

Prenez soin de vous et des vôtres.

Dr Jean-François CIBIEN, Président d’APH, Président d’AH                     

Dr Carole POUPON, Vice-présidente  d’APH, Présidente de CPH

 

 

Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Union syndicale Action Praticiens Hôpital

23/11/2020 - Contribution de l’union syndicale APH à la proposition de loi visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification
Action Praticiens Hôpital a été auditionné par la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale avec l’ensemble des organisations syndicales représentatives des praticiens hospitaliers le vendredi 6 novembre 2020.
 
Actions Praticiens Hôpital s’étonne d’un projet de loi dit « issu des recommandations du Ségur » totalement en décalage avec le contenu des discussions ayant eu lieu pendant cette concertation, qu’il s’agisse de gouvernance, d’attractivité ou de création de
nouveaux métiers. Il amoindrit le rôle essentiel du praticien (« sans praticien, pas d’hôpital ») tant dans sa mission de soins que dans la gouvernance. Il n’apporte ni simplification des conditions d’exercice, ni confiance, contrairement à son titre.
 
Action Praticiens Hôpital demande le retrait de ce projet de loi qui, d’une part, est très insuffisant quant aux sujets traités dans le Ségur, et, d’autre part, n’est ni conforme aux discussions du Ségur, ni conforme aux attentes des praticiens hospitaliers pour la prise en charge de nos concitoyens à l’hôpital public.
 
Concernant la biologie médicale, la simplification annoncée par le Ségur avait acté la simplification des procédures d’accréditation pour les biologistes médicaux. APH s’étonne de l’absence de reprise de ce point-là dans la loi, et demande qu’il y soit rajouté.
 
Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly

Communiqué de presse

23/11/2020 - Covid ou Cofrac : le Ministre s’engage mais l’intendance ne suit pas !

Communiqué APH/JM/SJBM/SNBH du 16 novembre 2020

Covid ou Cofrac : le Ministre s’engage mais l’intendance ne suit pas !
 
Les syndicats de biologie médicale ont adressé un courrier au Ministre des Solidarités et de la Santé le 28 octobre dernier lui demandant la suspension du processus d’accréditation des laboratoires en raison de la crise sanitaire.
 
Le Ministre a répondu oralement qu’il y était favorable afin que les biologistes médicaux puissent se consacrer entièrement à leur mission de santé.
 
Depuis et malgré les relances des syndicats, c’est le silence. Aucun retour officiel du ministère. 
 
Pendant ce temps les audits se poursuivent et les biologistes médicaux qui demandent le report de leur évaluation doivent s'engager dans des bras de fer récurrents avec des administratifs du Cofrac menaçant d’une suspension de leur accréditation sous prétexte « d'impératifs formels issus des référentiels internationaux en vigueur ». En tant que client, la section Santé Humaine et la Biologie Médicale sont considérées comme des domaines industriels comme les autres clients du Cofrac et seule compte la conformité des engagements internationaux. 
 
A l’heure où dans nos hôpitaux nous déprogrammons les opérations chirurgicales, sur l’injonction des pouvoirs publics et/ou par nécessité, et où on diffère des traitements pour des patients atteints de pathologies lourdes et/ou chroniques, l’accréditation se poursuit envers et contre tous les biologistes médicaux avec un double discours qui n'est plus acceptable.
 
Devant l’urgence et l’incohérence de cette situation, nos syndicats appellent les biologistes médicaux à refuser toute procédure en lien avec l’accréditation et les assurent de leur plein soutien. Si l’administration et les organismes accréditeurs veulent suspendre des laboratoires qu’ils osent, nous attaquerons en justice devant un tel déni de notre charge de travail et de l’incohérence de la situation !!!
 
Dans cette crise sanitaire sans précédent, les Biologistes Médicaux font leur travail et assument jour après jour toutes leurs responsabilités.
 
Il est temps que le Ministère et le Cofrac assument les leurs, conformément aux propos tenus par le Ministre des Solidarités et de la Santé, et dans l'intérêt de la population.
 
La maison brûle, il ne faut pas regarder ailleurs pendant que les biologistes et le personnel des laboratoires donnent le meilleur d’eux-mêmes pour faire leur travail et répondre à leurs missions de soin !
 
Jean-François Cibien APH 06 07 19 79 83
Emanuel Loeb JM 06 50 93 64 60
Lionel Barrand SJBM 06 67 20 81 88
Carole Poupon SNBH 06 76 36 56 67
Facebook Google+ Twitter Email Print Friendly